couv-auvergneEn ethnologue, en explorateur, en repenti, je redécouvre ma région, ses mystères, son histoire, sa beauté, la douceur d’y vivre, le bonheur de lui appartenir. Je relis ses écrivains, je visite ses monuments, je gravis ses volcans, je respire sa nature, je me goinfre de ses fromages, je respire son bon air. Je rattrape le temps perdu. Et je fais miens ces mots empruntés à mon cher Vialatte dans L’Auvergne absolue : « L’Auvergne est plus un secret qu’une province. Elle vous tourmente toujours d’un songe. C’est quand on l’a trouvée qu’on la cherche le plus. »
D’où cet Abécédaire passionné de l’Auvergne, subjectif, forcément subjectif dans le choix des entrées comme dans le traitement des sujets, reflets de mes goûts, de mes interrogations, de mes admirations et de mes pérégrinations sur les traces de mes ancêtres et des grands hommes qui ont façonné l’histoire de cette région, et au-delà, celle du pays.
Le génie scientifique et philosophique de Gerbert et de Pascal, le talent musical de Chabrier, de Laparra, de Canteloube, l’inspiration littéraire de Sidoine Apollinaire, Fléchier, Chamfort, Pourrat, Vialatte, pour ne citer qu’eux, accompagnés d’une cohorte de poètes, sculpteurs, peintres, musiciens, littérateurs demeurés trop injustement dans l’ombre, mais qui ont contribué à l’édifice de la pensée, de la beauté et au rayonnement du génie artistique de la France, font naître en moi un sentiment d’orgueil et d’humilité à la fois. Le nombre d’hommes illustres, de serviteurs utiles que l’Auvergne a donnés à la France, est supérieur au contingent de bien d’autres provinces. Comme le dit Ajalbert : « Quels sommets portent ainsi le poids d’une Patrie avec Vercingétorix ! Quelles cimes se couronnent aussi lumineusement de génie avec Pascal ! » Il me plaît à penser que l’Auvergne n’est pas simplement au centre de la France, mais au centre de tout – ou presque, restons modestes ! On l’aura compris : je ne suis pas peu fier de ma région.
Cet Abécédaire n’est donc pas un guide touristique. Encore moins un ouvrage érudit visant l’exhaustivité. C’est tout modestement mon Auvergne, telle que je l’ai rêvée dans mes années d’exil, telle que je la vois aujourd’hui, telle que j’ai envie de la raconter et surtout de la partager.

ABÉCÉDAIRE PASSIONNÉ DE L’AUVERGNE, Coll. « Esprit des lieux », Page centrale, octobre 2016, format 26×26, 170 pages.

Reportage de France 3 Auvergne sur mon ABÉCÉDAIRE PASSIONNÉ DE L’AUVERGNE aux éditions Page centrale (4 octobre 2016).